Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ Sciences

Chute d’ascenseur

Vous êtes ici : » » Chute d’ascenseur ; écrit le: 31 mars 2014 par imen modifié le 14 octobre 2014

Chute d'ascenseur.
Si l’on se trouve dans un ascenseur en chute libre, que peut- on faire pour échapper à une mort certaine ? Peut-on en parti­culier sauter juste au dernier moment avant l’écrasement ?

Pour commencer, et j’en suis désole pour les scénaristes d’Hollywood, il est pratiquement impossible pour un ascenseur de tomber en chute libre. Elisha Otis, au XIXc siècle, a déposé un brevet de frein se déclenchant automatiquement: dès que l’accélération dépasse un certain seuil, des bras se déploient et viennent frotter contre les guides de la cabine. Otis fit sensa­tion en démontrant lui-même le procédé (appelé «parachute»), après avoir coupé les câbles…



Si vous voulez améliorer vos chances de survie, la meilleure chose à faire est sans doute de s’allonger par terre, sur le dos et les mains sous la tête, mais ce ne sera pas facile si vous êtes en chute libre.

Sauter au dernier moment ne fera que différer l’impact de quelques millisecondes. En outre, quand saurez-vous à quel moment sauter? Si vous sautez trop tôt, vous vous heurterez la tête au plafond, avant de vous écraser au sol quand la cabine touchera le fond de son puits.

Même si vous saviez exactement quand sauter, il faudrait que vous exerciez la force nécessaire pour sauter jusqu’à l’étage dont est parti l’ascenseur: si l’ascenseur tombe de 10 mètres, seul un individu capable de sauter à 10 mètres de hauteur pourra s’en sortir. Mais si c’est le cas, à quoi bon utiliser un ascenseur?

Si vous sautez juste avant l’impact, en vous donnant par rapport à l’ascenseur une vitesse verticale dirigée vers le haut égale à la vitesse (dirigée vers le bas) de l’ascenseur, vous allez monter à grande vitesse vers le plafond. Vous aurez en outre du mal à sauter puisque vous tombez à la même vitesse que l’ascenseur, mais avec des poignées, vous devriez y arriver.

Heureusement, juste avant que vous ne l’atteigniez, le pla­fond va accélérer dans l’autre sens (en supposant que la cabine garde sa forme après l’impact) à la même vitesse que vous. Le plancher fera pareil, mais vers vous. Vous devriez alors atterrir en douceur d’une hauteur de quelques centimètres.

Mais il y a deux petits problèmes. Pour atteindre la bonne vitesse, il faudrait que vous soyez capable de sauter jusqu’à la hauteur dont est tombé l’ascenseur. Et même si vous y par­veniez, l’accélération que vous ressentiriez serait du même ordre que celle subie lors de l’impact.

Il n’empêche; malgré tout cela, un petit saut ne peut pas faire de mal…

Je vois trois façons d’améliorer vos chances de survie, mais aucune n’est décisive. La première a déjà été mentionnée: sauter aussi vigoureusement que possible pour atténuer un peu le choc. La deuxième est de vous déshabiller et de placer vos vêtements sous votre corps, ce qui devrait un peu amortir le choc. Si en outre vous acceptez de sacrifier vos jambes, restez debout et utilisez-les comme amortisseurs d’impact. Je ne garantis pas le résultat. La troisième est spectaculaire mais ne s’applique que si votre ascenseur, au lieu de tomber dans un puits, tombe vraiment en chute libre: sortez votre corps de la cabine et étendez bras cl jambes aussi largement que possible: en augmentant ainsi la surface de la cabine, et donc le frottement de l’air, vous allez diminuer (d’un iota, hélas) sa vitesse de chute.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles